Inédits – Conscience et Absolu

Nisargadatta Maharaj : Les gens s’intéressent habituellement à l’apparence du corps, ils oublient que ce qui apparaît n’est que l’enveloppe extérieure et que ce qui est important, c’est ce qui donne la capacité de sentir à cette enveloppe extérieure. Lorsqu’on comprend que le corps n’est pas soi-même, on perd alors le sentiment d’individualité et on se fond dans la manifestation totale. Il n’y a pas de soi et d’autre.

Lorsque l’on comprend cela et que l’individualité est perdue, alors tout ce qui se passe dans le monde est réalisé comme étant simplement un fonctionnement qui est vu. Il n’y a pas d’implication. En ce qui me concerne, il y a beaucoup de souffrance. Ce qui se passe, c’est que l’on est témoin de cette souffrance et je suis pleinement conscient que ce qui souffre n’est pas mon Soi.

Ce qui est apparent et présent disparaîtra et ce qui est absent (absent parce qu’il n’est pas phénoménalement présent) restera pour toujours. Sachant cela, je suis également conscient que seul ce qui est apparent peut souffrir et que la souffrance est telle que même les pleurs n’aideront pas. Mais il n’y a que le témoignage qui a lieu. Toute expérience, tout savoir généralement acceptés comme connaissance, ne dure que du moment où la Conscience est apparue jusqu’au moment où la Conscience disparaît. Ce que je considère comme la véritable connaissance existe avant l’arrivée de la Conscience et perdure après la disparition de la Conscience.

Comprenez ce dont je parle. Ce qui prend place pendant la période de la Conscience n’est pas seulement limité à l’expérience du monde, mais aussi les expériences spirituelles qui surgissent dans la Conscience. Celles-ci ne se poursuivent que pendant la période d’actualisation de la Conscience. Mais certaines personnes considèrent que les expériences spirituelles qu’elles ont vécues sont la permanence, ce qui n’est pas le cas.

En ce qui concerne cette expérience de l’Être, cette Conscience, beaucoup de ceux qui se considèrent comme des Jnani et que d’autres considèrent comme des Jnani, restent à ce niveau. La Conscience est limitée dans au temps – très, très peu de gens considèrent et acceptent cela.

La souffrance est vraiment insupportable, mais il y a une conviction totale que ce qui est souffrance est lié à l’essence ou à la nature de l’essence de nourriture. Par conséquent, elle est temporaire. Imaginez la fantastique différence. Auparavant, cette essence de nourriture et la nature de cette essence, c’était moi. C’était une ferme conviction précédemment. Et maintenant, la ferme conviction est que ce n’est pas le cas. L’expérience concerne l’essence des 5 éléments, c’est ce qui souffre. Ce principe que je veux que vous appréhendiez peut-il souffrir ?

Bien que je semble parler d’une manière parfaitement confortable, ce n’est pas le cas, je parle d’un état de malaise et de souffrance aussi important que tout le monde peut l’imaginer.

Je suis vraiment en paix quand ce que je suis reste sans activité. Si je m’allie à quelque chose et tant que j’en suis conscient, il y a toujours ce sentiment de dualité. Ce n’est que lorsqu’il y a une séparation complète d’avec cette dualité et que je suis dans ma propre nature, qu’il y a une paix totale. Tant que la conscience est là et que je veux la conscience, il n’en reste pas moins que même si je ne fais qu’un avec la conscience, il y a un sentiment de dualité. Ce n’est que lorsque la conscience est absente qu’il peut y avoir une paix totale et cela ne peut être que lorsque la conscience n’est pas là.

 

Imaginons que Vishnu, la divinité qui représente le déployement et l’entretien  de la manifestation) apparaisse avec tout son attirail et se tient devant moi pendant un certain temps. C’est bien, très bien, mais je ne tarde pas à dire : « Une fois pour toutes, tu t’en vas. Tu es une nuisance à rester devant moi pendant si longtemps. Un jour, deux jours, il y a une limite. Tu ferais mieux de t’en aller ! »

Dans mon état originel, quand j’étais inconscient de ma Conscience, cet état de Conscience est venu et me donne un sentiment d’existence. C’est cette existence qui est insupportable et irrespirable. Le sens même de l’existence me maintient dans un état d’esclavage et je veux donc que cette expérience d’existence s’en aille pour que je puisse être dans mon état originel.

Question : Nous forçons Maharaj à rester dans cette Conscience, pour notre bien.

N.M : Même cela se situe au niveau de la Conscience. Ce que vous voulez en tant que Maharaj est dans votre Conscience. Comprenez quelle est cette condition. Est-ce que ce qui veut Maharaj est réel ? Cette entité n’est-elle pas fausse ?

Quelles que soient les expériences qui se présentent, je ne suis pas du tout impliqué. Mon état est celui où la connaissance n’est pas là. Cette présence consciente était disponible hier et aujourd’hui, et à travers cette expérience, qu’est-ce que je pourrais gagner ? Au niveau de l’Absolu, il n’est ici aucunement question de gain ou de perte.

Extrait de l’entretien du matin du 4 décembre 1980, mis par écrit par Jean Dunn

Une pensée sur “Inédits – Conscience et Absolu”

  1. Bonjour Ji-Phi
    Merci pour cet entretien inédit de Jean Dunn 🙏
    Peut être aurons nous un jour la bonne surprise de lire l’intégralité de ces entretiens édités par vos soins? 🙂

Répondre à Jean-Michel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *