Inédits – Entretien Clé

Visiteur : Maharaj a dit hier quelque chose à propos de l’être et de l’essence de nourriture. Sans nourriture, il n’y a pas d’être, mais (dans mon idée) je pensais que l’être et la conscience étaient toujours là. C’est l’Absolu, donc ce n’est pas la même chose que la nourriture, ou les choses matérielles.

Nisargadatta Maharaj : Tout est cette Conscience, mais on n’est pas conscient de cette conscience. Cette conscience n’a pas connaissance d’elle-même  à moins qu’il n’y ait un corps. La connaissance de l’être n’apparaît pas à moins qu’il y ait une forme et cette forme ne peut pas se maintenir à moins qu’il y ait de la nourriture.

V : La conscience dépend donc de la forme ?

N.M : La Conscience est présente partout, mais la connaissance de cette Conscience dépend de la forme.

V : La Conscience pure sans forme est donc impossible ?

N.M : La Conscience est là, mais la connaissance de celle-ci n’est pas là. Qui aurait la connaissance ?

V : Mais hier, vous avez dit de s’en tenir à la connaissance « Je Suis » et ce serait alors s’en tenir à la forme matérielle.

N.M : Il n’est pas question de s’accrocher à la Conscience. Elle est là, vous ne pouvez pas vous en échapper.

V : Sur quoi dois-je méditer alors – « J’ai connaissance que je suis » ou le « je suis » ?

N.M : Restez tranquille dans la Conscience. Celui qui appréhende la qualité de cet être, la transcende et n’est plus affectée par la naissance ou la mort. La Conscience se connaît elle-même grâce à l’aide du corps.

V : Sans lui, que reste-t-il ?

N.M : L’état Absolu. L’état Absolu stable en dehors de toutes formes que les 5 éléments prennent. Où le mouvement est figé mais le potentiel est là, c’est Parabrahman ; il n’y a pas de mouvement. Quand, à partir de là, le mouvement commence, c’est Saguna Brahman… la manifestation. Les 5 éléments en jaillissent !

V : Mais il n’y a rien de conscient là-dedans ?

N.M : L’Absolu ne se connaît pas lui-même. Sans le corps d’essence de nourriture, la conscience ne se connaît pas. Personne ne se connaît sans le corps de nourriture.

V : Eh bien, disons que Maharaj est à l’état Absolu. Alors il n’est pas conscient de lui-même ?

N.M : Je connais cet état pour toujours.

V : Mais, vous avez dit qu’il ne se connaissait pas lui-même.

N.M : Si cet état prévaut seul, il ne se connaîtra pas lui-même. Mais lorsque ce corps et cet être  sont disponibles, on les connaît à travers eux.

V : Mais quand le corps disparaît ?

N.M : Plus de connaissance.

V : Alors quand Maharaj est mort, il ne connaît plus l’état Absolu ?

N.M : Tout ce jeu se déroule dans le domaine des 5 éléments. La mort signifie quoi ? Ce corps et cet être vont se fondre dans les 5 éléments.

V : Il est préférable d’être vivant parce qu’alors vous en êtes conscient. Mais quand vous êtes mort, vous n’en êtes pas conscient, donc quand vous mourez, il manque quelque chose, il y a quelque chose de moins.

N.M : L’Absolu a l’aide de ces 5 éléments et du corps dont il dispose pour s’exprimer. En l’absence de cela, il ne se connaît pas lui-même. Mais l’être est composé des 5 éléments. L’Absolu n’a rien à voir avec lui, si ce n’est de s’exprimer à l’aide de ces éléments. Lorsque l’essence de nourriture/l’être s’éteint, la connaissance disparaît et l’Absolu demeure. Lorsque l’être est disponible, alors seulement il peut s’exprimer.

Dans vos affaires mondaines, vous avez recours à la spiritualité pour comprendre à quel point cela est irréel. Une fois que vous avez compris l’objet de la spiritualité, vous comprenez également que la spiritualité est également irréelle et, ce faisant, vous écartez tout ce monde. Le monde a disparu. Ce qui reste ne se connaît pas lui-même.

Je vous le dis dans un langage simple et clair : Voici la nourriture qui est servie. Dans cette nourriture, ce « JE SUIS » est dans un état de dormance. Il est déjà dans cette nourriture, mais il s’exprime véritablement lorsqu’il a un corps. Donc, lorsque le corps de nourriture est éteint, est-ce la mort ? Malheureusement, vous essayez de vous identifier à ce produit alimentaire et c’est là que les ennuis commencent.

V : Maharaj a-t-il dit que la spiritualité est irréelle ?

N.M : Pour comprendre ce que c’est, dans cette vie mondaine, vous devez vous aider de la spiritualité. Une fois qu’à travers la spiritualité vous comprenez de quoi il s’agit, la spiritualité ne sert plus. Le but de la spiritualité est de comprendre ce qu’est cet être et de s’en débarrasser. Ce principe de base ne vous sera pas exposé normalement. « Ils » essaieront de vous enrôler dans leurs concepts. Si vous comprenez ces entretiens, vous serez libéré.

Le point que vous devez comprendre est qu’il n’y a pas de personnalité individuelle. Cette forme et cet être proviennent de l’essence des 5 éléments. Oubliez Maharaj – il n’y a pas de différence.

N.M : Considérez que le fœtus dans l’utérus grandit. Qui dit au fœtus de faire pousser des os, de la moelle et du sang ? Après la naissance du bébé, il commence à téter – qui lui dit de commencer à téter ? Tout cela se fait par le biais de ce petit bout de conscience qui était latent. Dès que la conception a eu lieu, cette même chose s’est développée, en utilisant les Guna. Donc, quel que soit le corps, il fonctionnera de la même manière : c’est ce qu’on appelle une réaction chimique. C’est le produit de cette chimie qui s’empare de tout ce qui se passe, des sentiments ou de la connaissance du monde. Il est toujours là, tout vient de cette conscience.

V : Comment Mozart a-t-il pu composer une symphonie à l’âge de quatre ans sans renaître ?

N.M : Cette chimie de l’être a une qualité omnisciente qui est déjà là, mais sous quelle forme elle se manifestera, c’est une autre histoire. Dans le monde du rêve, votre produit chimique manifeste le monde du rêve. Allez-vous vous référer à votre naissance précédente comme étant la cause de ce rêve ? Cette Conscience a ressenti « Je me suis réveillé » et a créé son monde de rêve, et le monde de rêve est également très ancien. Vous voyez dans votre rêve des monuments vieux de plusieurs milliers d’années, mais ce rêve n’a été formé qu’à cet instant. Comment cela a-t-il été possible : toutes les qualités pour créer ce monde de rêve résident dans ce potentiel chimique.

Maintenant que vous avez compris que vous n’êtes pas le corps-esprit, continuez votre vie quotidienne normale comme avant. Vous pouvez faire ce que vous voulez.

En ce qui vous concerne, que ce corps vive mille ans ou disparaisse à ce moment ne vous concerne pas.

Traduction des paroles de Nisargadatta Maharaj par Ramesh Balsekar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *