Nirupana 30 – Action sans acteur

 Gardez le silence et dites : « Je ne suis pas le corps. »

Tout disparaîtra spontanément et votre vraie nature sera dévoilée. Je ne suis pas le Sattva guna  (conscience) parce que je suis celui qui le connaît (Je suis antérieur à lui). J’étais déjà là avant que le corps me recouvre, mais je n’avais pas d’information.

Toute cette connaissance n’est pas honnête. La raison en est qu’elle est soumise au changement. La manifestation est appelée naissance. Mais la naissance de qui ?

La manifestation est atomique, mais elle a engendré tout l’univers ! L’ignorance originelle est devenue une personne centenaire et dit : « Je suis devenu un mahatma  (une grande

âme). » Mais si cette ignorance (ou conscience) s’en va, alors quoi ?

Comment cela se passe-t-il quand vous faites l’expérience d’une bonne ou d’une mauvaise odeur ? Est-ce que cela se produit spontanément? Qui fait cela ? Qui présente l’image que vous en avez ? Gardez vous volontairement quelque chose en mémoire, ou est-ce que cela se fait de lui-même ? Toutes sortes de besoins arrivent avec le corps et font de nous des mendiants. Là où il n’y a pas conscience, il y a perfection.

Là où il y a conscience du corps, Dieu (la conscience) est là, et là où se trouve Dieu il y a aussi un corps.

(L’Absolu – Parabrahman  est antérieur au deux.) Quand nous éprouvons de la peine, son origine est notre propre conscience.

Là où il n’y a pas connaissance, il n’y a pas de formes, pas de gunas , pas d’actions.

Concentrez-vous sur la conscience et rien d’autre.

Quoi que vous fassiez sera une obstruction.

Extrait du Nirupana 30 de « Méditations avec Sri Nisargadatta Maharaj » éd. Aluna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *