Nirupana 29 – le temps

 Le temps apparaît avec « Je suis » et alors tout arrive. Quand il disparaît, rien ne reste.

Ce n’est pas possible d’être totalement sans préoccupation, parce que c’est inhérent à la nature du temps. Nous sommes juste des spectateurs impuissants.

Les choses arrivent telles qu’il se doit.

Toutes les affaires du monde se font spontanément. Rare est celui qui examinera et délibérera sur cette question.

Nous évoluons dans notre vie quotidienne uniquement sur la base de ce que nous avons lu et entendu (Maharaj dit que chacun d’entre nous est conscience pure, un témoin passif. Les impressions enregistrées dans la mémoire sont à l’origine de toutes les activités. Cela se fait automatiquement).

Nous avons oublié notre vraie nature. Notre comportement est celui d’un roi se comportant comme un mendiant dans un rêve. À l’état de veille, nous avons la connaissance, mais il y a aussi l’enchevêtrement des trois gunas .

Menez à bien vos activités quotidiennes mais rappelez-vous qu’elles sont éphémères.

Il est dit que Dieu créa le monde.

C’est notre propre conscience. Elle est sans forme. Quand cela est réalisé, le travail est accompli.

Évoquez-vous libre et sans corps.

Contemplez le contemplateur.

Extrait de Nirupana 29 « Méditations avec Sri Nisrgadatta Maharaj » éd. Aluna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *