Nirupana 83 – Remettez-vous en à la Conscience

  Dans mon approche de la spiritualité, il n’y a rien à perdre ou rien à gagner ; il y a juste à connaître. Les profits ne sont d’aucune utilité quand vous n’avez pas de forme. Jetez loin tout ce que vous avez compris. Pour la connaissance du Soi, restez silencieux et discernez. Vous n‘êtes pas le corps, vous n’êtes pas la Conscience. Celui qui dit : « Je ne suis pas la Conscience », ne peut être que vous. Tout ce que nous avons besoin de connaître est que la Conscience arrive avec le corps et qu’à la fin il y a oubli « d’être ». Il n’y a rien qui ressemble à la mort. Comment pourriez-vous être la Conscience passagère ?

Krishna dit : « Je suis la connaissance dans toutes les manifestations. Je suis partout. Toutes les manifestations sont Ma manifestation. » C’est une rivière de manifestations. Les sages évoquent l’Unique qui parle.

Quand vous vous réveillez le matin, le saint regard de Dieu vient à vous sans attente. Quand vous prenez conscience de votre manifestation, vous comprenez que ce qui se produit, l’est uniquement en vertu de Cela. Tenez-vous à la Conscience, il n’y a pas d’autre Dieu que cela. La connaissance est celle de votre Soi. Elle est transmise de la meilleure façon qui soit par l’écoute. C’est de la plus grande importance. Le Seigneur en vous est prisonnier des concepts. Il est libéré par l’écoute. Toutes les obstructions sont ôtées. Chacun est entravé par la Conscience identifiée au corps. L’écoute rompt les liens d’identification au corps

Soyez convaincu que la Conscience en vous est la manifestation du Guru. La sensation « Je suis » se présente à votre réveil. La Conscience se lève. Dieu se manifeste en tant que votre perception « Je suis ». Vous l’avez mis en mauvaise situation en le prenant pour le corps. Votre Conscience est votre vraie nature. Remettez-vous en à la Conscience (il s’agit d’une dévotion non duelle. C’est la véritable méditation. Asseyez- vous confortablement, les yeux fermés, et sans mouvements. Observez votre sensation d’être, avec un mental inactif, jusqu’à ce que vous oubliiez la conscience identifiée au corps).

Les myriades d’existences ne sont rien d’autre que la manifestation de votre Conscience. Vous vous prenez pour le corps. Est-ce la force de la Conscience qui vous fait croire cela ? Maya et Dieu se manifestent ensemble. Ils ne sont pas séparés.

Dans la pratique du yoga, le prana est amené au niveau du cortex cérébral (par les pratiques de respirations). Néanmoins, le plus grand yoga est la connaissance du Soi. La parole du Guru est la parfaite manifestation du Divin. Seul un être illuminé peut évoquer la réalisation du Soi. Ceci est possible uniquement quand ces mots du Guru sont suivis : « Vous êtes sans forme, sans apparence, pure Conscience. » Les cinq éléments sont purs et immaculés. Atman résulte de l’unité des cinq éléments. Immergez-vous dans le bleu profond de l’Absolu. Vous pouvez le nommer comme un dieu ou un océan ; quoi que vous choisissiez, Il le sera. En samâdhi, il n’y a aucun sens de félicité. La joie est perçue quand le samâdhi prend fin. Vous devez atteindre le point où la parole du Guru n’est jamais oubliée.

Différents aliments, parce que de différentes qualités, ont des effets différents sur le mental. Pour commencer, l’aspirant est bien avisé de prendre une nourriture frugale. Ultimement, vous devrez réaliser que votre véritable nature n’est pas concernée par la qualité de la nourriture. L’état tranquille est sans naissance. Celui qui est né, est en mouvement. Poursuivez la reconnaissance du Soi, tous les conflits s’évanouiront et se résoudront en silence. Ceci est la plus grande dévotion. Aucune expérience ne vous marquera. Tout ce que je vois et perçois est uniquement moi-même. C’est la connaissance « Je suis ». Le Soi est antérieur aux pensées. Au matin, la toute première manifestation de l’état de veille est sans mots. Nous sommes antérieurs à tout mot. La puissance du prana est la maya primordiale.

Quand il y a diligence dans le suivi de la parole du Guru, toutes les difficultés sont résorbées. Tenez-vous-en à ces mots : « Je suis pur Brahman. » Par une dévotion persistante, cela deviendra Parabrahman.

Nisargadatta Maharaj

dimanche 24 décembre 1978

Nirupana 83 de « méditations avec Sri Nisargadatta Maharaj »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *