Premiers discours 22 – Connaissance du Soi

Shankaracharya expliqua aux chercheurs spirituels en quoi consistent les véritables ablutions. La Conscience est exempte de souillures et n’a pas besoin de bain. Le corps est inerte et la Conscience est dynamique. Qui doit être purifié ? Le chercheur. Et qui est-il alors ? Dans ce corps il y a Conscience pure, Ce que nous sommes. En l’absence de la Conscience, qu’est-ce que le corps, si ce n’est de la poussière ou de la terre? La véritable prise de conscience ne se fait qu’après être devenu intime avec Elle. D’abord vous prenez conscience de la Conscience, puis vous vous familiarisez avec Elle, et enfin avec Son fonctionnement. D’abord vous apprenez à connaître Dieu, puis vous Le rencontrez et faites connaissance. Quel est le but des neuf types de dévotion?*  C’est de connaître Dieu correctement. Il y a neuf façons d’affirmer cette connaissance et cette amitié. Le dévot possède la force nécessaire pour adorer Dieu. Ce qui lui est nécessaire est une confiance totale. Quelles que soient les qualités inhérentes au corps, il s’agit d’aller de l’avant avec la Conscience. Elle n’est pas visible et il faut s’en accommoder, c’est ainsi. Afin de s’y conformer, les sages ont conseillé neuf types de dévotion. La Conscience est Adinarayan. (L’être premier, ici dans le sens d’apparition du «Je suis».)

Il s’agit d’être conscient de son être. Sa valeur et sa puissance sont infinies et illimitées. La Conscience est subjuguée par la dévotion, Sa présence dans le corps le rend beau. En son absence, ce qui reste n’est qu’un cadavre. Ne considérez jamais le corps comme profane. L’Atman qui habite le corps ne ressemble ni à Krishna ni à Vishnu avec ses quatre bras. D’autre part, l’existence de Vishnu est due à l’Atman en Lui. La Conscience pure embellit tout. Elle s’invite quand Elle est appelée Dieu. Elle illumine l’esprit, l’intellect, et les cinq organes internes. Toutes les expériences ne sont dues qu’à la Conscience. Elle est dans l’eau, mais ce n’est pas l’eau.

Toutes les comparaisons sont aussi dues à la Conscience.
Vivre en tant que l’Atman, c’est acquérir Sa connaissance directe. C’est grâce à la Conscience que nous savons que Bhagavan Vishnu dort (   identité del’état de veille qui disparait pendant le sommeil ). Parce qu’alors l’Atman ne dort pas ( Conscience non tournée vers les objets de l’état de sommeil profond). C’est notre propre nature ultime. Il y a une différenciation à faire entre les cinq fonctions internes et le corps inerte. Des premiers naissent les trois états de veille, de rêve et de sommeil. La Conscience est responsable de leur existence. Elle est pure, sans souillure. Elle ne se décompose pas dans l’eau. Existe-t-Elle en dehors de vous ? Quand vous n’êtes pas, Elle n’est pas non plus. Elle existe avec vous. Vous considérez la mort de votre corps comme la mort de la Conscience, il y a donc une discontinuité dans la connaissance véritable. Avec une vraie compréhension de la Conscience ( non indentifiée) – c’est-à-dire avec la connaissance du Soi –, vous rayonnerez au-delà de toutes les limites. Tant que vous n’adorerez pas la Conscience comme Ishwara ( principe de manifestation), vous resterez en enfer. La réalisation du Soi est la seule libération possible.
Si un chercheur doit être conscient d’être la Conscience,( rappel à Soi) il n’en va pas de même pour un jnani, dont la vraie nature est spontanément l’Atman ( réalisation de sa véritable nature). Un jnani voit son propre Soi en toute chose et en tout être.( non-dualité véritable) La connaissance née des concepts est différente de la conviction d’un jnani. L’existence dans son ensemble est constituée de l’inerte et du mouvement dynamique. Elle est pleine d’ignorance, sans connaissance véritable. L’absence de connaissance du Soi fait du plus éminent personnage un ignorant.

Ne suivez aucun pseudo-Guru ( qui n’aurait pas réaliser sa véritable Nature). Votre propre Atman est tout à la fois complet et inqualifiable ( non temporel et non spacial). Quand vous considérez votre propre Atman  ( conscience individualisée) comme Dieu ( conscience universelle), vous pouvez ignorer les commentaires des autres. N’imaginez aucune apparence d’homme ou de femme pour le «Sans forme». Il est le Connaisseur et Celui qui expérimente toutes les formes. Comment peut-il revêtir une tenue caractéristique? Quel peut être l’uniforme du Connaisseur du sommeil profond? Ne Lui confectionnez pas d’uniforme. La présence d’ornements éloigne la connaissance du Soi. Pourquoi devrait-il y avoir une renaissance? Si après une grande pénitence les désirs subsistent encore, il n’y a aucun espoir de connaissance du Soi.

Il faut développer la conviction profonde que ce qui s’éveille le matin, c’est Brahman Lui-même ( il n’y a pas d’existence séparée de Bhraman). La vraie dévotion signifie l’unité avec Brahman. Pour une véritable réalisation, c’est là que doit être la conviction que notre véritable nature n’est pas perceptible par les sens. Pour cela, vous devez vous débarrasser de toutes les qualités néfastes. N’enviez personne. Celui qui fait pleinement confiance aux capacités du Sadguru devient complet à tous égards.

Les tièdes ne parviennent à rien.

Répéter le Mantra continuellement mène à la réalisation du Soi. Le Soi est grand, c’est le Dieu de tous. Ne tenez pas pour acquis que le principe ultime est dans le corps. En réalité, c’est le corps qui apparaît dans la présence du Soi. ( Et non pas la conscience qui serait un sous-produit de l’activitée cérébrale) Dans le corps, Il est comme la déesse Bhavani (Homonyme de Durga ou Parvati, parèdre de Shiva. Elle peut aussi être considérée comme la Maha Shakti, la Déesse suprême, Ici principe de manifestation de la Conscience) qui fait son apparition. Le corps n’est rien d’autre qu’un ensemble d’impuretés (soumis au temps et aux limitations de la forme) ; votre identification avec lui doit disparaître complètement.

Vous devez considérer que votre Conscience est le Dieu de tous les dieux. Alors votre travail sera accompli. Sans connaître la grandeur de votre Conscience, même si vous faites pénitence dans l’Himalaya, cela ne servira à rien. Soyez toujours conscient de l’importance de la Conscience, que vous chantiez les bhajan (s), que vous méditiez ou que vous vous adonniez à vos pratiques religieuses. Même si vous n’y arrivez pas, n’oubliez jamais ces mots.

Nisargadatta Maharaj

21 août 1955

Extrait de « Premiers Discours » aux éditions des 2 Océans

*  Il est fait référence ici aux neuf types de dévotion, tels qu’énoncés dans le Bhagavata Purana en tant que Nava-Vidha Bhakti – les 9 aspects que la dévotion peut prendre. Ils se présentent ainsi : 1. Shravanam – Écouter les gloires du Seigneur. 2. Kirtanam – Chanter ses gloires. 3. Smaranam – Chanter son nom et se souvenir de lui. 4. Padasevanam – être au service de «ses pieds de lotus». 5. Archanam – L’adorer. 6. Vandanam – Lui rendre hommage. 7. Dasyam – Se considérer comme son serviteur. 8. Sakhyam – Le considérer comme le meilleur ami. 9. Atmanivedenam – S’abandonner totalement à Lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *