Premiers discours 33 – les personnages d’une pièce de théâtre.

Bhagavan Shri Krishna décrit à Uddhava les signes de la libération. Le dévot doit adorer Ishwara afin de se débarrasser de l’esclavage dû à l’identité corporelle. Quand un dévot passe son temps en bonnes actions, sa rencontre avec un Sadguru est une certitude sans qu’il ait besoin de fournir une preuve visuelle. Quand vous rencontrez un Sadguru, votre vraie nature devient pure. Votre respectabilité est à la hauteur de votre travail. Par le pouvoir de l’argent, on devient riche. Tout comme l’adoration d’Ishwara vous rapproche de Sa Nature. Une fois le Sadguru rencontré, vous atteignez le Soi.

Bhagavan dit: «En Moi, le jeu de Brahman, sous la forme du jiva et du monde, se poursuit. Je suis responsable de tout cela. Celui qui enlève la poussière sur ce Soi, Me devient cher. »

Le Soi est présent dans tous les êtres vivants en tant que leur Conscience, par laquelle ils ont connaissance de leur existence. Celui qui a connaissance de cette Conscience est libéré dans cette vie même. L’ignorant, lui, reste en servitude. Cette servitude se poursuit indépendamment de l’érudition, de l’intelligence et de la célébrité. Le libéré devient libre de tous les devoirs de la vie. Tant qu’un être se considère comme le corps, il en subit la peine. Dieu ne se satisfait pas de l’impureté. La clarté doit régner. La Conscience a un degré de pureté très élevé. Il faut développer la conviction que le corps n’est pas notre forme et que nous n’avons rien à voir avec toutes les expériences du corps. Le destin peut affecter le corps matériel, mais pas le Soi. Du point de vue divin, c’est faire preuve de cruauté que de croire aux mauvais effets du destin et de s’y attendre.

La douleur que l’on ressent à cause du corps, de la parole et de l’esprit dépend de ses conditionnements.

Le sage est libre de tout attachement, aussi n’éprouve-t-il ni joie ni tristesse. Il n’est affecté par aucune louange ni adoration. Le libéré est celui qui a une connaissance claire de sa Conscience. Par conséquent, Il n’a pas peur de tout ce qui est connu de la Conscience.

Lorsque les douleurs dans le corps sont lentement endurées, elles disparaissent spontanément. Votre expérience du monde, de son ascension et de son déploiement est en accord avec la résonance de votre cœur et de votre mental. À la façon dont l’image des enseignements du Guru brille dans votre cœur, vous vivrez les choses différemment. Jour après jour, les sages éprouvent les joies de la plénitude. La véritable initiation est quand vous vous sentez en unité avec la Conscience et que vous êtes la lumière, qui illumine tous les nadi(-s)du corps. Cette initiation simplifiera l’affaire et vous serez très à l’aise avec le corps et la Conscience. Bhagavan Krishna dit que votre vraie nature est différente du corps et de la conscience qu’il contient.

Ceux qui n’ont pas la connaissance du Soi conseillent aux autres d’occuper leur vie à différents types d’activités.

Comment l’Atman se manifeste-t-il dans le corps? Ce qui se manifeste pour un temps limité est l’Atman, et ce qui existe toujours est Paramatman. En l’absence de l’existence passagère, le monde ne serait pas expérimenté. En l’absence de Paramatman, qui serait là pour être le témoin d’une existence passagère ?

Paramartha signifie trouver le sens le plus élevé de l’existence. Maintenant, nous devons faire tout notre possible pour le trouver. Nous devons garder la Conscience ou la saveur «Je suis» libre des pensées. Le Soi ne s’intéresse pas à ceux qui sont emplis de pensées.

Le libéré est libre de la conscience individuelle. Je ne suis pas ce que l’intellect peut connaître. Je suis le Connaisseur de l’intellect. Purusha est sans corps (forme), tandis que Prakriti est avec un corps (prend forme). Chacun des invités de Prakriti va disparaître. L’intellect fait partie de Prakriti. Nous utilisons l’intellect pour trouver les différentes relations. Un jnani met de côté l’intellect pour se voir lui-même. L’ignorant s’appuie sur l’intellect pour croire au passé et au futur. L’intellect n’est d’aucune utilité pour obtenir la libération. Celui qui est pleinement convaincu que le Soi est au-delà de l’intellect atteint la plénitude. Dieu favorise cha- cun à la mesure de sa pureté d’être et de sa foi.

Bhagavan Shri Krishna dit: «Je suis présent dans tout ce qui peut être vu en ce monde et Je suis empli de joie. Cependant Ma véritable existence est antérieure à tout cela. La joie d’être est due à la Conscience. Je sais que Mon Soi et Ma nature sont emplis de béatitude. Ce monde est un jardin de joie. Je suis la béatitude, qui apparaît sous diverses formes. Même sous ses formes, Je suis la Vérité. Je suis à l’origine de toutes les activités et Ma béatitude reste intacte. Je prends plaisir à gouverner un pays, quand le temps l’exige ou parfois Je mendie avec la même joie. Bien que Je fasse différents types de travail sous diverses formes, Je reste immaculé de toutes fautes. Qui connaît vraiment toutes Mes actions et leurs qualités? Seuls ceux qui savent, Mes très chers dévots. Seuls ceux qui Me connaissent Me sont dévoués. »

Le Paramatman imprègne toute l’existence. Tous ceux qui y apparaissent sont comme les personnages d’une pièce de théâtre. C’est uniquement le Soi qui apparaît dans ces costumes. S’y jouent plusieurs rôles ; certains très chanceux sont vénérés, d’autres ont la possibilité d’en jouir pleinement et d’autres encore sont victimes d’une jouissance excessive. Bhagavan dit : « J’apprécie chacun de ces rôles sans devenir la victime d’aucun. C’est ma véritable nature éternelle qui occupe uniformément tout l’espace. Ceux qui ne me reconnaissent pas sont troublés par l’absence de confiance et mènent une vie misérable. »

La Conscience est emplie de lumière. Toutes vos bonnes et mauvaises souffrances sont dues à votre Conscience et à votre men- tal individuel. La Conscience-félicité est là pour vous permettre de vivre une vie heureuse. Votre Conscience est la semence du Divin. Avant quoi que ce soit, Dieu réside sous la forme de la Conscience-félicité. Grâce à son amour et pour un plus grand plaisir agrémenté de tous les conforts, les gens ont pris la peine de construire des maisons et d’élever une famille.

Par la faculté de nous éclairer nous-mêmes quand nous devenons aptes à connaître notre être véritable, nous pourrons aussi faire l’expérience de Dieu. Le bhajan chanté par les ignorants n’est pas le même que celui chanté par un jnani. Parce que, même après de grandes purifications, les jiva n’ont pas encore atteint le Soi. Quand vous ne connaissez pas votre propre Soi, Dieu ne vous connaît pas non plus.

Celui qui est Existence-Conscience-Béatitude est apparu de Lui-même. Mais, sans Le connaître, vous l’accusez de diverses actions douloureuses et vous Le déclarez fautif. Paramatman est totalement disponible et omniprésent. Dans l’existence de la plupart, qu’est-ce qui est le plus commun? Le plus commun est la conscience de nous-même et sa connaissance. Nos parents, ce monde, etc., font partie du multiple et nous sommes l’Unique-Existence-Conscience-Béatitude. En raison de l’existence de l’Un, il y a l’expérience du multiple.

Shri Rama était connu pour être fidèle à ses paroles et à son devoir, sans aucun compromis. Il avait la connaissance du Soi et une totale plénitude. Ravana signifie «orgueil d’être», celui-ci ne pouvait en aucun cas déranger Rama. Quand Ravana fut tué, ce qui est resté est le pur Soi. Ce Soi est aussi le vôtre; ce qui est nécessaire, c’est votre conviction à Son sujet. Ravana a essayé de s’approprier les qualités ou les possessions de Rama, mais il n’a pas réussi à les faire siennes. Seul Brahman existe, et Rama était sa manifestation.

L’Atman est tout à la fois un et présent dans chaque être vivant. Bhagavan Shri Krishna dit: «La Conscience en chaque être vivant est Ma manifestation. Pour M’attraper, Chacun doit s’accrocher à son expérience d’être. Celui qui Me tient fermement ne sera pas affecté par les difficultés ou même les calamités. Tout comme un fermier fait travailler le taureau en maniant sa bride de nez, tu peux Me contrôler par ton amour et Je serai à ton service. »

Il n’y a pas de différence entre la réalisation d’être l’Atman et voir Ishwara dans tous les êtres. Cela doit devenir notre propre expérience. Toutes les différences sont dues à votre intellect, mais Paramatman ne voit aucune différence. Bhagavan Shri Krishna avait la pleine connaissance des quatorze divisions de la science et des soixante-quatre arts1. Mis à part l’omission due à votre intellect, vous êtes presque l’égal de Krishna à tous égards. Vous avez omis votre plénitude et vous avez saisi l’incomplétude. À vous écouter, votre Sat Chid Ananda est un âne. Vous mettez Dieu, présent en tous, au niveau le plus bas. Vous devez réaliser votre véritable Nature.

Bhagavan dit: «Bien que Je sois un seul et même, présent en tous, y compris Mes fidèles, ils ne Me reconnaissent pas. »

Le seul remède est de développer la conviction qu’il n’y a pas d’autre Dieu que sa Conscience, qui est l’expérimentateur de tout. Cette Conscience est une et présente en tout, car Elle est omniprésente. En réalité, Elle est le Soi. Nous devons prêter serment et être convaincus de notre vraie nature. Voilà en quoi consiste le Yoga. Tout le monde est éligible pour réaliser le Soi. Nous devons avoir la conviction «Je suis Parabrahman» et cette existence est mienne. Qui peut exister sans ma connaissance et mon expérience ?

Avec notre conviction d’être Parabrahman, toutes sortes d’ex- périences agréables surviennent spontanément.

C’est Parabrahman qui rayonne, comme le souligne Bhagavan. C’est ainsi que Shri Krishna s’incarna. Lui seul a occupé tout l’espace, le mobile et l’immobile. Celui qui a l’intime conviction d’être Cela et d’être le seul Dieu possible, Celui-là est le dévot le plus cher de Shri Krishna.

Nisargadatta Maharaj

9 octobre 1955

Extrait de « Premiers discours  » aux éditions des deux océans

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *