Nirupana 128 – le Jnani

Le jnani fonctionne avec la Conscience. Celle-ci n’est pas individuelle, elle est universelle. Vous pouvez donner un nom a Cela qui imprègne tout, mais en réalité, c’est sans nom. Le principe non manifesté devient manifesté en tant que votre Conscience. Que vous ayez une pratique spirituelle ou non, cela ne fait pas de différence au niveau de l’Absolu. Vous avez créé un sens de la dualité en vous séparant de la totalité.

Ce qui est vu, senti ou connu a été créé à travers la Conscience. Cela a été créé à partir de celui qui connaît. Une fois que la Conscience universelle a été réalisée, il n’y a pas besoin de libération. Du point de vue d’un jnani, personne n’est ignorant. Il n’est pas séparé de la totalité. Quel que soit le nom que vous prendrez, vous serez cela. La Conscience universelle ne peut être attrapée. Les noms de toutes les déités sont les noms du Tout manifesté – la Conscience universelle. Qu’est-ce qui montre que quelqu’un est devenu un jnani ? Chacun reconnaît le jnani à la qualité de son mental, de son intellect et de ce qu’il perçoit. Les scientifiques découvrent ce qui est créé à partir de ce qui existe déjà, mais ils sont incapables d’inventer Cela qui existe déjà sans avoir été créé. S’ils réalisent la conscience, à ce moment précis, ils perdront leurs espoirs, leur désirs et passions, et ne feront plus rien. Ils n’auront plus d’attentes pour eux-mêmes. Toute cette connaissance est très ancienne. Vous la découvrez seulement maintenant, et vous avez l’impression qu’elle est nouvelle.

Un jour vous allez mourir, n’est-ce pas ? Alors pourquoi ne pas le faire immédiatement ? C’est alors, seulement, que vous connaîtrez la Vérité (ici, Maharaj ne nous demande pas de mourir physiquement. Il nous demande de nous débarrasser de l’attachement au monde et de nous établir dans un état libre de la pensée).

On comprend l’amour et la bienveillance plus particulièrement quand on a des enfants. Alors de telles sensations arrivent spontané- ment. C’est la même chose pour ce qui est de la réalisation du Soi. Elle vous rendra libre quand vous réaliserez que vous ne comprenez rien. Par contre, si vous avez l’impression d’avoir compris, il s’agit d’une simple démangeaison du cerveau !

Celui qui a réalisé le Soi n’a plus d’utilité de lui-même. Les mots ne peuvent décrire l’état non manifesté. Les scientifiques peuvent créer des êtres, mais ils ne peuvent conceptualiser l’Atman.

Quand le concept « Je suis le corps» s’en va, l’ego aussi s’en va. Alors ce qui reste est la conscience pure. Votre connaissance vous ac- compagne ; vous ne pouvez pas l’arrêter ou vous en débarrasser. Celui qui est empreint de dévotion pour le Guru obtiendra une libération rapi- dement. Chacun a un fort désir de vivre. Quand on découvre sa vraie nature, le désir s’en va. Vous ne pouvez pas passer un seul moment sans penser. C’est la nature du mental. Alors, pensez à votre existence sans le corps. Aussi longtemps que la forme est là, l’ego est là.

Continuez les chants quotidiens de bhajan, leur signification se manifestera en vous. Les bhajan dissolvent les impuretés, transformant l’impureté en Brahman. Ceux qui sont réalisés s’installent dans cette qualité d’être, la dévotion qui s’ensuit stimule les êtres. Quand vous chantez les bhajan, prononcez chaque mot. Chaque mot a son importance. C’est la signification du bhajan dans sa totalité qui se manifeste dans votre vraie nature.

Chaque être vivant à une destinée. D’où vient-elle ? À partir de là, vous vous êtes enlisé dans des relations aves les autres. Ceci repose sur le prana. Voyez comment ce prana est fiable. Sans vous appuyer sur quoi que ce soit, approfondissez votre détermination à réaliser le Soi.

Nisargadatta Maharaj

jeudi 30 août 1979

Extrait de « Méditations avec Sri Nisargadatta Maharaj » éd. Aluna

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *