Nirupana 96 – cette illusion est appelée Dieu

Le mental relève du domaine des pensées. La conscience est antérieure à la pensée. La conscience s’élève de l’ignorance (l’état primordial – l’Absolu). L’ignorance devient connaissance. Quand le corps est quitté, la connaissance retourne à l’ignorance. Celui qui reconnaît ceci est un siddha (ici le mot « connaissance » signifie conscience et le mot « ignorance » signifie l’Absolu, antérieur à toute manifestation). Par la présence de maya, cette illusion est appelée Dieu. Lui aussi est maya. Il n’y a pas un iota de vérité dans ce monde. Beaucoup de personnes étudient le yoga, qui est l’union de la connaissance et de l’ignorance. À la fin tout est ignorance. Il doit être réalisé que la connaissance elle-même est ignorance. Quand il n’y a pas de conscience, il n’y a pas de temps, et vice versa. Quel est la signification du temps ? S’il n’y a pas la conscience, qui peut appréhender le temps ? Vous êtes la puissance qui photographie en permanence les cinq éléments. Vous ne faites aucun effort pour cela. En fait, personne ne fait. Vous pouvez dire que vous ne possédez rien, mais vous possédez vous vous-même ? La connaissance est la source de l’ignorance, et vice versa. La bande enregistrée se répète. Est-elle douée d’une intelligence ? Exactement de la même manière, les impressions enregistrées dans la conscience depuis l’enfance parlent. Est-ce que ceci est compris ? L’enregistrement et votre conscience sont du même ordre. Le fait de nous rappeler à nous-même est notre principale affection. Cela se traduit en pensées et supporte toutes les activités mondaines. Le temps, maya, et Brahman sont le même. (La manifestation). Paramatman ne relève pas de la conscience. Il est parfait, pur vijnana, antérieur à la conscience. Il n’est apparu d’aucune matrice. L’expérience de l’état imparfait se fait par la faim, la soif, etc. C’est à cela qu’on le reconnaît. Les festivités sont là, tant que maya est présente sous la forme de la conscience.

 

Nisargadatta Maharaj

dimanche 4 mars 1979

Extrait de  » Méditations avec Sri Nisargadatta Maharaj » aux éditions Aluna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *