Premiers discours 10 – La Conscience pure n’est rien d’autre que vous

Shankaracharya a proposé comme philosophie celle de la juste attitude dans ce monde. Tout le monde devrait avoir connaissance de cette juste attitude. Pour que le comportement soit en harmonie avec l’existence entière, il convient de connaître le Soi omniprésent. Il est dit que la grandeur de ce comportement se traduit par le bien-être de tous.

L’être sans ego est complet à tous égards. Celui qui connaît la fin de tout, y compris Hari (Vishnu) et Hara (Shiva), est vraiment le Connaisseur de tout. Cela n’est pas accessible par l’esprit et l’intellect, et c’est ce qui en fait toute la difficulté. L’utilisation de l’intellect pour connaître le Soi est inappropriée et est vouée à l’échec. Celui qui s’évertue à persister dans l’utilisation de ces méthodes inadéquates est un grand imbécile. Celui qui les essaie à contrecœur est stupide. Celui qui est vraiment complet sera libéré du sens de la personne. Celui qui n’est plus un individu limité expérimente le monde entier comme son corps.

Dans le sommeil profond ou en Samadhi, vous n’êtes pas conscient de votre existence. Comment alors en vient-on à connaître le plaisir que cela procure? C’est connu par la lumière intérieure. Le corps n’est pas notre forme, mais il nous accom- pagne. C’est le Principe autolumineux, qui se trouve en compagnie du corps. À l’état pur, on l’appelle Paramatman. Ceux qui savent l’appellent notre vraie nature ou le Soi. Le Soi n’est ni un homme ni une femme. Les états d’éveil ou de sommeil ne s’appliquent pas à Lui. Il n’appartient à aucun tiers, mais c’est notre propre nature. Comme elle est commune à tous, elle n’appartient à personne. Comment agit la Conscience? De même qu’il y a de la douceur dans le sucre ou de l’amertume dans la courge amère, la Conscience est la qualité de tout corps vivant. C’est Ishwara ou Dieu. Il y a «quelque chose» dans le corps qui indique notre présence. Quelle est sa nature ? Elle est là comme Conscience. Cette Conscience est digne d’être vénérée par tous. Elle se manifeste en tant que Shiva(Hara), Vishnu (Hari) et Brahma.( les trois aspect de la manifestation qui sont la création, le déploiement, et la dissolution à nouveau dans la Conscience) C’est l’expression du Soi, et son absence n’est connue que par le Soi.

Ce qu’on appelle le corps est la nourriture de la Conscience. Celle-ci s’entretient sur ce corps de nourriture. Pour le compte de qui agit la Conscience ? Votre Soi est le Connaisseur de tout, mais personne ne peut Le connaître. Qui se nourrit de ce corps, à part votre Conscience ? Le témoin de cette Conscience doit être connu. Ce témoin connaît aussi l’absence de cette Conscience. Celui qui a réalisé cela a dû se livrer complètement en offrande. Ce grâce auquel vous connaissez votre sommeil profond et toutes vos activi- tés est votre Soi. Comment celui qui a totalement ignoré sa propre Conscience peut-il réaliser le Soi ? Celui qui voit sa fin, sa mort, et qui n’a pas encore invoqué: «Panduranga, Panduranga», celui-là est un sage. Le poète et mystique Tukaram a confié qu’il avait assisté à sa propre mort, ce qui signifie la mort de l’identité corporelle. Le Connaisseur de la Conscience n’est autre que vous et c’est votre vraie nature. Aussi devez-vous méditer sur la Conscience autant que possible.

Nisargadatta Maharaj

1er mai 1955

Extrait de « Premiers discours » aux éditions des 2 Océans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *