Premiers discours 11 – nous sommes méconnaissables

Dans ce corps,
nous sommes méconnaissables !

Tout en chantant le Mantra et en modérant les organes des sens et de l’action, nous devrions fixer notre attention sur Paramatman. Après L’avoir réalisé, nous en arrivons à connaître pleinement ce que nous sommes en réalité. Cette connaissance est difficile à atteindre. Par l’utilisation de différentes voies, cette connaissance a été transmise aux êtres de ce quatrième âge du monde appelé Kali yuga.

De nos jours, la durée d’une vie est courte et l’intellect très capricieux. Ainsi, afin de calmer l’intellect, le psychisme et les organes des sens, Dieu a recommandé la répétition du Mantra, le chant de bhajana et la méditation régulière. La réalisation du Soi est l’accomplissement le plus élevé pour les êtres humains ; elle est considérée comme le plus grand aboutissement spirituel. Avant la réalisation, l’homme se contente d’acquisitions mineures qui lui procurent de la joie, comme la nourriture, mais la vraie félicité n’est vécue qu’après la réalisation du Soi.

Quand nous nous rapprochons de notre Soi, tous nos besoins prennent fin. Les troubles et les déplaisirs du monde ne peuvent pas subsister dans la lumière de la béatitude intérieure. Après l’apparition du corps, toutes nos expériences sont une illusion.

L’unique Brahman est présent en chacun. Notre vraie nature est présente dans le corps, mais ne peut être vue. Elle n’est pas perceptible par les sens, mais Elle permet la vision du tout .

La mort ne signifie pas la destruction. C’est la disparition de l’être ignorant. L’importance du chant «Jaya Guru» («gloire au Guru, gloire au Maître ») est telle que si on ne le prononce qu’une seule fois mais avec honnêteté, on devient libre d’avoir une forme séparée. Brahman est la semence de toutes les expériences. La conscience identifiée, jiva, se prend à tort pour le corps à cause de l’opacité qui recouvre l’Atman. La compagnie des sages enlève cette opacité. Celui qui reçoit l’initiation d’un Guru et comprend vraiment à quel point l’Atman est fait pour la célébration et le respect, celui-là est responsable de la renaissance du monde entier. Une telle personne qui s’est purifiée est vénérée par Bhagavan Krishna Lui-même. Nous ne pouvons même pas imaginer à quel point ce Soi est digne de respect. Même des dieux comme Brahma, Hari et Hara sont nés de Lui.

Nous existons avant toutes nos expériences. Nous ne manquons de rien en n’expérimentant rien. Quand faisons-nous l’expérience la plus naturelle qui soit ? Quand nous expérimentons «Je suis». La différence entre l’individuel et l’universel ne vient qu’après l’apparition du « Je suis ». Ayez la foi dans le fait qu’aucun défaut ne peut salir le Soi. Souvenez-vous de votre valeur. Votre Atman est le même que Celui que Shri Krishna a adoré. Soyez assuré que le Soi de Dieu est le même que votre propre Soi.

L’Infini ne voit aucune différence entre l’individu et le collectif.

Nisargadatta Maharaj

8 mai 1955

Extrait de « Premiers discours » aux éditions des deux Océans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *