Premiers discours 12 – Vous avez peur de votre propre Soi

Ce que vous voyez est appelé le monde. Notre sensation d’être, qui est apparue, en est la cause. L’apparence d’une pousse se transforme en arbre. De même, le frémissement de l’Atman se manifeste comme le monde. Quand le Soi est inconscient de lui- même, rien n’est vu. Son frémissement originel et son expansion s’appellent « Maya ». Le Soi prend conscience de son être et celui-ci apparaît comme le monde. La conscience identifiée, jiva, ignore cela, car elle prend le Soi pour le corps. Le mouvement qui surgit au sein de l’Atman est inattendu.

La réalisation du Soi d’un être humain équivaut à faire l’apologie de Dieu. Par la suite, Dieu obtient un nom et une forme. Si un sage reste sans nom, c’est parfait. Le Soi est sans (le sens du) « Je et Vous». Par cette connaissance, Il devient un amoureux. Qu’est-ce qui est responsable de toute cette diversité ? C’est ce qu’on appelle le monde. Mais il n’a pas d’existence sans le Soi. La Vérité en est le fondement et Elle est antérieure à tout. Tout le reste apparaît grâce à Elle. Toute connaissance est rendue possible par Brahman, aussi il est antérieur à toute chose. Oublier le Soi, c’est l’ignorance; prendre conscience du Soi, c’est la connaissance.

Shankaracharya nous dit que Maya n’est plus valable pour Lui. L’ignorance vis-à-vis de la corde est responsable de l’apparition d’un serpent. Alors surgit la crainte de notre mort. Il n’y a pas de changement pour Brahman, mais tous les êtres vivants ont peur de perdre conscience. Ici, le Soi est la corde et la sensation d’une existence séparée est le serpent. C’est dû à Maya. Mais qui en connaît l’existence ? C’est le Soi. Par conséquent, Maya et le Soi ne sont pas deux. Celui qui fait l’expérience de l’équanimité devient un véritable soutien pour tous. Ce que l’on voit n’est que l’expression du Soi.Tout être vivant a peur de perdre sa sensation d’être ou son existence. Tout corps vivant n’est qu’une enveloppe, pourtant il est faussement identifié comme étant le Soi. Parmi des millions d’êtres, rares sont ceux qui développent la conviction de ne pas être le corps. Beaucoup de soi-disant jnani ne peuvent pas abandonner le concept de mort et sont sûrs de mourir.

Par la puissance de l’illusion, nous croyons en une forme et oublions que nous sommes le Connaisseur et non le connu. Notre vraie nature est sans peur et notre vie en est le résultat. Les sages disent que notre Soi soutient de nombreux mondes. Notre Soi est responsable de l’apparition du monde, et toutes les apparences sont celles du Soi. N’appelez pas le Soi «Maya», seulement le Soi. Comme les ascètes se considéraient comme faisant partie de Maya, ils avaient honte de montrer leur visage. Vous avez peur de votre propre Soi et vous Le fuyez. Être un véritable jnani, c’est aller au-delà de l’intellect et de la folie. C’est insensé de tenter de ressembler à un jnani (ce qui ne serait qu’une autre identification). Ce qui est constant est dévoilé. Bien que beaucoup vivent dans des grottes pour faire pénitence, ils sont encore dans l’ignorance. Ils ne voient pas le Soi sous toutes Ses apparences et ils en ont peur. Si vous fuyez les gens, de quoi avez-vous peur ?

Shankaracharya dit à ses disciples qu’ils existent dans tout ce qu’ils voient. Il dit : « Je suis l’Atman, complet à tous égards. Je suis au-delà du temps et de tous les chants. Comment pouvez-vous Me capturer par votre chant (en répétant mon nom) ? »

Faites face à la vie telle qu’elle se déroule sans vous accrocher à aucun concept. La conviction «Je suis» est responsable du monde. Votre conviction occupe tout l’univers, qui est la manifestation de Vishnu. Pour les vrais adorateurs de Vishnu, le monde entier est Vishnu Lui-même. Celui qui réalise le Soi est toujours empli d’un sentiment de plénitude, comme le Soi contenant le monde entier.

Nisargadatta Maharaj

15 mai 1955

Extrait de « Premiers discours «  aux éditions des 2 Océans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *