Je suis 10 – Être témoin

Chapitre 10 – Être témoin

Visiteur : Je suis plein de désirs et je veux les réaliser. Comment vais-je obtenir ce que je veux ?
Nisargadatta Maharaj : Méritez-vous ce que vous désirez ? D’une manière ou d’une autre, vous devez travailler à la réalisation de vos désirs. Mettez-y de l’énergie et attendez les résultats.
V : Où dois-je trouver l’énergie ?
N.M : Le désir lui-même est de l’énergie.
V : Alors pourquoi tous les désirs ne se réalisent-ils pas ?
N.M : Peut-être n’était-il pas assez fort et durable.
V : Oui, c’est mon problème. Je veux des choses, mais je suis paresseux quand il s’agit d’agir.
N.M : Lorsque votre désir n’est pas clair ni fort, il ne peut pas prendre forme. De plus, si vos désirs sont personnels, pour votre propre plaisir, l’énergie que vous leur donnez est forcément limitée, elle ne peut pas dépasser ce que vous avez.
V : Pourtant, il arrive souvent que des personnes ordinaires obtiennent ce qu’elles désirent.
N.M : Après l’avoir désiré très fort et pendant longtemps. Même dans ce cas, leurs réalisations sont limitées.
V : Et qu’en est-il des désirs désintéressés ?
N.M : Lorsque vous désirez le bien commun, le monde entier le désire avec vous. Faites vôtre le désir de l’humanité et travaillez pour lui. Là, vous ne pouvez pas échouer.
V : L’humanité est l’œuvre de Dieu, pas la mienne. Je suis préoccupé par moi-même. N’ai-je pas le droit de voir mes désirs légitimes se réaliser ? Ils ne feront de mal à personne. Mes désirs sont légitimes. Ce sont des désirs justes, pourquoi ne se réalisent-ils pas ?
N.M : Les désirs sont justes ou faux selon les circonstances, cela dépend de la façon dont on les regarde. C’est seulement pour l’individu qu’une distinction entre le bien et le mal est valable.
V : Quelles sont les lignes directrices d’une telle distinction ? Comment puis-je savoir lesquels de mes désirs sont bons et lesquels sont mauvais ?
N.M : Dans votre cas, les désirs qui mènent au chagrin sont mauvais et ceux qui mènent au bonheur sont bons. Mais vous ne devez pas oublier les autres. Leur peine et leur bonheur comptent aussi.
V : Les résultats sont dans le futur. Comment puis-je savoir ce qu’ils seront ?
N.M : Utilisez votre esprit. Souvenez-vous. Observez. Vous n’êtes pas différent des autres. La plupart de leurs expériences sont valables pour vous aussi. Pensez clairement et profondément, examinez la structure entière de vos désirs et leurs ramifications. Ils constituent une partie très importante de votre constitution mentale et émotionnelle et affectent puissamment vos actions. N’oubliez pas que vous ne pouvez pas abandonner ce que vous ne connaissez pas. Pour aller au-delà de vous-même, vous devez vous connaître.
V : Que signifie se connaître soi-même ? En me connaissant moi-même, qu’est-ce que j’arrive à savoir exactement ?

N.M : Tout ce que vous n’êtes pas.

V : Et pas ce que vous êtes ?
N.M : Ce que vous êtes, vous l’êtes déjà. En sachant ce que vous n’êtes pas, vous vous en libérez et restez dans votre propre état naturel. Tout cela se passe très spontanément et sans effort.
V : Et qu’est-ce que je découvre ?
N.M : Vous découvrez qu’il n’y a rien à découvrir. Vous êtes ce que vous êtes et c’est tout.

V : Mais en fin de compte, qu’est-ce que je suis ?
N.M : La négation ultime de tout ce que vous n’êtes pas.
V : Je ne comprends pas !
N.M : C’est votre idée fixe que vous devez être quelque chose ou autre chose, qui vous aveugle.
V : Comment puis-je me débarrasser de cette idée ?
N.M : Si vous me faites confiance, croyez quand je vous dis que vous êtes la pure Conscience qui illumine la conscience et son contenu infini. Réalisez cela et vivez en conséquence. Si vous ne me croyez pas, alors allez à l’intérieur de vous, en vous demandant  » Qu’est-ce que je suis ?  » ou concentrez votre esprit sur  » Je suis « , qui est l’être pur et simple.
V : De quoi dépend ma foi en vous ?
N.M : De votre compréhension du cœur des autres. Si vous ne pouvez pas regarder dans mon cœur, regardez dans le vôtre.
votre propre cœur.
V : Je ne peux faire ni l’un ni l’autre

N.M : Purifiez-vous par une vie bien ordonnée et utile. Surveillez vos pensées, vos sentiments, vos paroles et vos actions. Cela éclaircira votre vision.
V : Ne dois-je pas d’abord renoncer à tout, et vivre une vie  sans possessions ?
N.M : Vous ne pouvez pas renoncer. Vous pouvez quitter votre maison et causer des problèmes à votre famille, mais les attachements sont dans l’esprit et ne vous quitteront pas tant que vous ne connaîtrez pas votre esprit à fond. La première chose à faire est de se connaître soi-même, tout le reste viendra avec.
V : Mais vous m’avez déjà dit que je suis la Réalité Suprême. N’est-ce pas la connaissance de Soi ?
N.M : Bien sûr que vous êtes la Réalité Suprême ! Mais qu’en est-il ? Chaque grain de sable est Dieu.
le savoir est important, mais ce n’est que le début.
V : Eh bien, vous m’avez dit que je suis la Réalité Suprême. Je vous crois. Que dois-je faire ensuite ?
N.M : Je vous l’ai déjà dit. Découvrez tout ce que vous n’êtes pas. Le corps, les sentiments, les pensées, les idées, le temps, l’espace, l’être et le non-être, ceci ou cela – rien de concret ou d’abstrait que vous puissiez désigner comme étant vous. Une simple déclaration verbale ne suffira pas – vous pouvez répéter une formule à l’infini sans le moindre résultat. Vous devez vous observer continuellement – en particulier votre esprit – instant après instant, sans rien manquer. Cette observation est essentielle pour la séparation du Soi et du non-Soi.
V : Le témoin – n’est-ce pas ma vraie nature ?
N.M : Pour être témoin, il doit y avoir quelque chose d’autre à observer. Nous sommes toujours dans la dualité !
V : Qu’en est-il d’être témoin du témoin ? La conscience de la Conscience ?
N.M : Mettre des mots ensemble ne vous amènera pas loin. Allez à l’intérieur et découvrez ce que vous n’êtes pas. Rien d’autre ne compte.

Nisargadatta Maharaj

Extrait traduit pour www.meditations-avec-sri-Nisargadatta-Maharaj.com .  Version originale éditée par Maurice Frydman à partir des enregistrements en Marathi de Nisargadatta Maharaj et  publiée dans – « I am That » Acorn Press

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *