Nirupana 125 – témoin de la conscience

Quand l’état de témoin de la conscience est là vingt-quatre heures sur vingt-quatre, on parle alors du jnani. Il n’est pas visible. Il est non connu et non manifesté. Le non connu ne peut être compris par le connu. Quand le connu (la conscience) devient non connu, l’ignorant parle de la mort. Le temps est créé avec le connu. C’est la durée de vie.

Le connu peut être décrit d’un nombre infini de façons. Celui qui en a la connaissance ne peut être décrit en mots.

Quand quelqu’un dit qu’il connaît la Vérité, ça veut dire qu’il ne la connaît pas. La paix est silencieuse. Comment peut-on avoir connais- sance de ce qui est antérieur au sommeil et à la veille ? Être né implique le sommeil et la veille. Ce que vous expérimentez actuellement est la conscience qui vous a recouvert. Est-ce sombre ou clair ? Est-ce masculin ou féminin ? Comment cela peut-il être arrêté ? Comment pouvez- vous la saisir par le savoir, alors qu’elle vous a recouvert sans que vous le sachiez ? Les noms de tous les êtres – des insectes aux plus hautes déités – sont les noms de la conscience.

À partir de la conscience, les cinq éléments, les trois gunas, etc., sont créés. Quand la conscience s’en va, tout s’en va. Personne ne meurt. Vous pourriez dire que le fait d’être le témoin arrive à celui qui a la connaissance, mais ce n’est pas ce qu’il dira. Il est dit que la conscience est apparue à partir du corps et du prana, mais ce n’est pas complètement vrai. Ils ont été formés après que la conscience soit apparue. S’il n’y a pas de conscience, qu’est-ce qui peut être évoqué ? Toute expérience qui survient dans la conscience est temporaire. La Vérité ne peut être réalisée au travers de la conscience. La conscience est seulement passagère. Même si elle peut expérimenter une vie de milliers d’années. Une petite connaissance est apparue et existe pour un temps, puis s’en va. Ceci est appelé le temps. Ce n’est ni masculin, ni féminin, ni Brahman – ce n’est rien. Mais, parce qu’il y a la conscience, tout cela apparaît.

Pourquoi les gens vont-ils d’un lieu à l’autre ? Parce qu’ils ne peuvent supporter la morsure de la conscience. On la compare à la piqûre du scorpion. Pour annihiler toutes les expériences, observez uniquement la conscience.

Où se trouve la vérité ? Tout est dans la manière d’évoquer les choses. Vous pourriez dire que quelqu’un est un grand sage. Je pourrais vous dire qu’il est plus grand que la compréhension que vous avez de lui. Ceci parce que je sais qu’il n’est jamais né. Tout cela est juste venu à être comme un divertissement. Il n’y a pas de règles. Après avoir entendu tout cela, vous direz : « Nous avons parcouru ce vaste monde, mais nous n’avons jamais rencontré un fou comme celui-ci ! » Mais personne ne me donnera un statut entre le fou et le réalisé.

Entre le moment du réveil et celui de l’endormissement, il y a une conscience de soi continue. Mais y a-t-il quelqu’un conscient de cela ? Parce que vous vous êtes identifié au corps, vous n’êtes plus présent à la conscience.

Il y a tant de religions. Même au prix de leur vie, les gens n’acceptent pas la religion des autres. Cela repose sur la loyauté vis-à-vis d’un concept. Le consensus repose sur l’identification à des concepts. Mais est-ce que la veille, le sommeil, la faim et la soif sont différents suivant les religions ?

Le père et la mère ont créé le corps de l’enfant et ont donné un nom à ce corps. Vous avez à comprendre votre véritable nature et à lui donner le nom que vous aurez choisi. Jiva signifie conscience ; le nom donné à la conscience en vertu de sa dévotion est Dieu.

Le corps est une idole de nourriture accumulée. Le mental est identique aux caractéristiques et qualités de la nourriture. La conscience dans le corps est indivisible comme l’espace.

« Atman doit être en communion avec Atman » signifie que la conscience doit être observée avec la conscience. Seul celui qui est dans le besoin aura une renaissance, celui qui est comblé, pas. Un corps peut être nommé un corps humain, mais pas la conscience qui est dans ce corps. Quand la conscience est reconnue et saisie en tant que conscience, la libération survient tandis que le corps est présent. Atman est « celui qui n’agit pas » ; le prana s’occupe de tout sous Sa présence. Il faut observer ce qui procure l’expérience et ce qui a l’expérience.

Toutes les souffrances prennent fin chez celui qui s’est oublié en observant sa conscience. On devient saint par la sainte contemplation de notre véritable nature. Le saint devient alors une aide pour les autres. Il a connaissance de n’être pas différent des autres. La sainte vision du Soi est la manifestation du Soi. Qui souhaiterait que cela se passe mal et pour qui ? Celui qui est le dévot de son propre Soi devient le souffle de tout. Vivez en tant que conscience. Ne voyez pas les autres comme des individus. Quelle que soit la dévotion avec laquelle vous contemplez le Soi, ce sera votre véritable dévotion. Portez un regard sur les autres empli de cette dévotion pour le Soi.

Celui qui vient ici le fait parce qu’il a été inspiré par le Divin en lui. Seul celui dont il s’agit de la dernière naissance vient ici. Regardez chaque être comme votre propre Soi. N’acceptez pas de concepts qui considéreraient qu’il y a d’autres déités que le Soi. Laissez de côté votre mendicité et vénérez votre vraie nature en disant : « Je suis Atman. »

Nisargadatta Maharaj

dimanche 12 août 1979

Extrait de « Méditations avec Sri Nisargadatta » éd. Aluna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *