Nirupana 126 – devenez un avec votre conscience.

Par la contemplation de Parabrahman se fait l’immersion dans notre véritable nature emplie de félicité. Avant d’atteindre l’Absolu, il y a félicité. Quand ce point est atteint, tout ressenti est dissous. La réalisation de l’absolu est parfaite félicité. Elle ne peut même pas être décrite comme un état de félicité.

Q : « Maharaj, existe-t-il une voie pour atteindre Parabrahman ? »

R : « Oui. Dans un amour total, devenez un avec votre conscience. » Je ne m’exprime pas dans un langage traditionnel. Je vous demande simplement de vous observer. Être humain indique qu’il y a un corps. Il ne s’agit pas de la forme du Soi. Quand vous vous asseyez et obser- vez votre conscience, vous viendrez à connaître que cette conscience est le monde. C’est la sensation « Je suis ». Pour celui qui a connais- sance de cela, sa forme est l’univers. Cependant, vous vous identifiez uniquement à un être limité à son corps. L’univers a fleuri dans votre conscience. Vous avez connaissance de votre conscience, mais vous l’avez prise pour quelque chose de différent de vous. C’est pourquoi vous n‘avez pas réalisé le Soi.

Vous devez voir quelle est la relation entre vous et le monde. Tant que vous tiendrez le concept que vous êtes un individu, vous ne serez pas dans un état de parfaite félicité. Vous n’êtes créé par personne. Vous n’avez pas de parents. Vous êtes une lumière qui s’éclaire elle-même.

Le panorama dans son entier qu’est le cosmos, est votre propre apparence visible. Des concepts tels que « Je vais mourir », « Je pratique la dévotion », « Je vais aller au paradis », etc., sont tous de faux concepts. Comment celui dont la forme consiste en l’univers peut-il avoir des parents ?

Le véritable vivant en vous tient le cosmos en vie. Vous n’avez aucune responsabilité, ni en tant qu’individu, ni en tant que totalité. Vous méprenez votre ego pour le Soi. C’est la raison de l’arrogance. Vous créez une responsabilité avec votre propre concept. En réalité, vous n’avez aucune responsabilité. Votre conscience identifiée au corps crée le sens de la responsabilité. Celui qui s’est réalisé n’a pas besoin de venir ici. Les gens viendront à lui!

Un concept est comme un bijou. Celui qui porte le bijou, n’est pas le bijou. La sensation « Je suis » est la racine de la dualité. L’état correct est antérieur à cela. La conscience est une qualité. Est-ce que Celui qui a connaissance de la conscience possède une qualité ? Vous prononcez des mots comme Brahman, Dieu, etc. ; mais quelle signification leur donnez-vous ? Vos mots pourraient vous perdre. Une simple compréhension intellectuelle n’est pas suffisante.

Écoutez seulement. Si vous vous prenez pour un jnani ( un sage, un éveillé), assurément vous souffrirez. Ne vous appropriez aucune position.

Nisargadatta Maharaj

samedi 18 août 1979

Extrait de « Méditations avec Sri Nisargadatta Maharaj » éd. Aluna

2 réponses sur “Nirupana 126 – devenez un avec votre conscience.”

  1. Un enseignement hors norme ,d une clarte totale ,aucun recoin ,aucune ombre dans l enseignement de ce maitre incroyablement eclaire ,merci pour cette magie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *