Nirupana 135 – Mort de la peur

Je ne parle pas sur la base des Ecritures. Je ne parle que de Celui qui écoute. Je ne parle pas de comment mener sa vie au quotidien. Regardez uniquement qui vous êtes. Si vous saisissez ceci, les souffrances et les plaisirs du quotidien ne vous affecteront pas.

Tout travail que vous pouvez entreprendre sera imparfait, parce que votre existence elle-même est imparfaite. Celui qui S’est réalisé sait que les joies et les peines de la vie sont le produit du mental. Elles apparaissent spontanément.

La naissance est un dérangement. Quand il n’y a pas de naissance, il n’y a aucun problème. La naissance signifie la manifestation de la Conscience – Sattva. C’est cela la nuisance. Même si le temps d’apparition de la Conscience était allongée, Elle devrait toujours être écartée un jour ou l’autre. Même Krishna a dû se séparer de la Conscience. Jnaneshwar a laissé de côté cette nuisance à l’âge de vingt-et-un ans (il a écrit un commentaire en versets de la Gîta. Il a aussi écrit L’expérience de l’immortalité. Il s’enferma dans une cave et demanda à son frère aîné et Guru de poser une dalle sur l’accès à la cave).

La Conscience est perçue et même chérie, mais elle ne peut être supportée. Pour pouvoir la supporter, des activités multiples et variées sont mises en place. Elle se manifeste en fonction de ce à quoi vous la comparez, ou de ce en tant que quoi vous la vénérez. Cependant Elle n’est pas infinie. Krishna disait : « En fait, tout ceci, Je le Suis. » Plus d’un sage se prosternait devant Lui. Cela n’a pas empêché le fait qu’il doive se séparer de la Conscience. La perception de soi qui est apparue sans en avoir connaissance, est-elle une joie ou une nuisance ? Un être humain vit dans l’anxiété toute sa vie, anxiété pour ses enfants, ses petits-enfants, ou anxiété pour que chacun se porte bien.

Le veau est la raison pour laquelle la vache produit du lait de son pis. De la même manière, le sage est inspiré de parler de la réalisation du Soi quand il rencontre le dévot. Vous pouvez être capable de reconnaître la qualité d’une pierre précieuse, mais vous n’êtes pas capable de reconnaître la Maya-racine. Cela ne se fait que par la précieuse présence d’un Guru.

Est-ce que la Conscience est sans souffrance, ne serait-ce que pour un jour ? Est-ce que la nuisance arrive de l’extérieur, ou est-ce la Conscience Elle-même qui est la nuisance ? Il y avait moins d’anxiété quand les individus étaient dans l’ignorance. L’anxiété est plus grande quand la connaissance s’accroît. La raison à cela est qu’ils n’ont pas saisi la racine de la souffrance. Vous ne pouvez avoir aucune connaissance de cela, jusqu’au moment où vous êtes amené à connaître le corps.

On vous a dit que la peur existait, que la mort existait, que le temps existait et que Dieu existait. Ils sont présents si vous croyez en eux. Et si vous n’y croyez pas ? Si vous reniez tout cela, il n’y a rien. L’Absolu possède-t-il la moindre forme ? Même les plus grands êtres sont restés ébahis devant Cela. Certains sont partis en disant : « Je reviendrai après tant d’années. » S’agit-il de réalisation de Soi ? Aussi longtemps que Maya est là sous la forme de la subtile Conscience , il ne peut il y avoir de réalisation du Soi. Du point de vue du soleil, l’obscurité n’existe pas. Tout comme du point de vue du Jnani, personne ne naît. Quoi qui apparaisse est une pièce dramatique orchestrée.

Trouvez la cause de la naissance. Est-ce que quelqu’un se penche sur la nature de la Conscience ? De quoi est-Elle faite ? Les gens font pénitence depuis des siècles. Contentez-vous de comprendre votre vraie nature. Vous ne possédez pas d’identité du genre « Je suis comme ceci », etc., Reconnaissez simplement ce fait. Cette discussion n’est pas faite pour tout le monde. La façon dont la conscience fait se comporter chacun est correcte. Il n’y a pas à se séparer de la Conscience, mais il faut en avoir une juste compréhension. Votre véritable nature est antérieure à la Conscience.

La Conscience va s’en aller. Le Jnani en a la compréhension. Aussi le Jnani n’a pas de peur. La sensation « Je suis » est appelée Brahman. Après avoir réalisé Brahman, on se trouve au-delà de la destinée. Le nom Brahman est donné pour des raisons pratiques. À partir de la pure connaissance, la Conscience, le mental, l’intellect, sont apparus. Quand la Conscience n’est pas là, le besoin de joie n’est pas ressenti. Pourquoi est-il ressenti quand la Conscience est là ? La raison est que la Conscience Elle-même est le problème. Si vous la nommez joie, elle est joie; si vous la nommez misère, elle est misère. Elle est telle que vous la nommez. Observez ce que vous êtes à cet instant précis. Vous êtes différent de tout ce qui est connu de vous. La Conscience est changeante par nature. Ses mouvements provoquent la peur. Dans l’intention d’apaiser cette Conscience, la foi dans le Guru est nécessaire.

Si votre dévotion envers le Guru est fermement établie, vous savourerez la libération de votre vivant. Ce qui est connu provoque la peur. Ce qui transcende la peur est éternel. Vous n’êtes pas attentif à votre perfection. C’est pour cette raison que vous êtes effrayé. Ayez une foi totale dans le Guru, et alors la peur sera complètement déracinée.

Nisargadatta Maharaj

Dimanche 7 octobre 1979

Extrait de « Méditations avec Sri Nisargadatta Maharaj » aux éd. Aluna

2 réponses sur “Nirupana 135 – Mort de la peur”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *