Nirupana 139 – ma mort est une illusion

Le corps est constitué de matière, d’où le fait que la conscience est aussi une chose créée. La conscience se prend pour le corps et expérimente différents concepts et expériences, douleurs et plaisirs. Aussi, comprenez que le corps n’est pas votre véritable nature, ce n’est pas ce que vous êtes. Gardez cela présent et méditez à ce sujet.

En réalité, personne n’est né. Pourquoi en est-il ainsi ? Pour saisir cela, vous devez méditer. Par méditation, il faut comprendre : s’en tenir à la connaissance « Je suis ». Penser que la naissance du corps est « ma » naissance ou que la mort du corps est « ma » mort est une illusion. Cela qui est présent dans le corps, est une réflexion et une preuve de l’Atman. À vrai dire, l’Atman et le Soi ne sont jamais nés. Seule la conscience sous l’aspect de la force vitale est créée. Un volume rempli d’essence de nourriture s’est transformé en une forme qui est le corps. La croyance que « le corps est moi » laisse place à tous les tourments au travers des espoirs, des désirs et des passions.

Personne n’a une expérience de naissance. Délibérez sur ce point : « Ma naissance ne s’est pas produite en ma présence. » Si vous vous identifiez au corps, vous vous voyez en tant qu’homme ou femme. Quand il n’y a pas de corps, il n’y a pas ce genre d’expérience. Quand il n’y a pas de corps, il n’y a pas Sattva (la force vitale) et sa caractéristique, la conscience n’est pas là. Lorsque quelqu’un commence à se mettre en recherche en suivant la parole du Guru, toutes les identités qu’il a prises se démontrent fausses. Plus tard, il deviendra clair pour lui qu’il n’est pas de la nature de la force vitale présente dans le corps (Sattva.) Une fois réalisé pleinement qu’il n’est pas même la conscience présente dans le corps, il se détachera du corps. Il sera libéré. Il comprendra soudainement qu’il n’est jamais né.

Par libération, il faut comprendre : être constamment présent au fait d’être la conscience et non pas le corps. Ceci est la sagesse des sages. C’est la libération des libérés. Les actions du mental ne sont pas les actions de celui qui connaît le mental. La naissance est la souffrance que vous ressentez en conséquence d’un rêve. Enseignez cela au mental. Toute votre compréhension se fait à travers le mental. Vous n’êtes pas pour autant le mental. Poursuivez la récitation du Matra. Cela purifie le mental. Alors le mental obéira à ce que vous lui direz. Devenez le Guru de votre mental. Et, en vous servant de ce que vous avez entendu, conduisez-le doucement à la nature du Soi.

Nisargadatta Maharaj

jeudi 8 novembre 1979

Extrait de « Méditations avec Sri Nisargadatta Maharaj » aux éditions Aluna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *